Intelligence multiple, VAKOG et s’il était plus efficace de reconnaître des “attitudes” d’apprentissage ?

La catégorisation des élèves selon le VAKOG et selon le concept d’intelligence multiple est un leurre. Ces deux concepts font partie des neuromythes les plus fréquemment diffusés. Sur le terrain, il a peut-être des adeptes, il y a même des produits dérivés …mais soyons clairs, aucune preuve scientifique que le cerveau de votre enfant fonctionne différemment que celui de son voisin. Mais alors, comment adapter la façon de donner cours ou le matériel pédagogique à votre enfant et à sa personnalité unique ? Car si son cerveau fonctionne comme celui de son ami Théo, vous savez que Théo et lui réagissent très différemment quand il s’agit de faire ses devoirs par exemple … Il est sans aucun doute plus intéressant de comprendre quel genre d’élève est votre enfant, la façon dont il étudie, ce qui suscite son intérêt, ce qui le bloque … pour l’accompagner de la façon la plus efficace qui soit.

Neuromythe 1 : le VAKOG

intelligence multiple

Vous avez très certainement déjà entendu dire que certains enfants étaient plutôt “visuels” ou d’autres plutôt “auditifs” quand ils apprenaient une matière ? Peut-être même avez-vous déjà entendu parler des enfants « kinesthésiques » qui apprennent en « ressentant » les informations ? On trouve cette “catégorisation”, dénommée VAKOG (Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif, Gustatif) en abondance dans la littérature et sur internet.

Pourtant, aucune étude scientifique n’a jamais permis de valider cette hypothèse (Pashler et al., 2008). Certains enfants vont sans doute avoir des préférences sur le canal sensoriel à utiliser quand ils apprennent (il lit quand il étudie, il répète à voix haute son cours quand il révise …) mais il ne s’agit là que de préférences et pas d’un fonctionnement différent du cerveau.

Bien au contraire, il a été démontré (Takacs ZK1, 2019) que lorsque nous apprenons une nouvelle information, tous les canaux sensoriels sollicités sont utilisés. D’ailleurs, plus votre enfant va utiliser de canaux sensoriels différents pour apprendre une information donnée, plus il y a de chances que son cerveau stocke cette information de façon durable dans son cerveau ! Il étudie le cycle de reproduction des fleurs ? Il peut faire un schéma, répéter à voix haute les stades du cycle, toucher une fleur et en apprendre les différents éléments en cours de science, sentir son odeur … Tout cela renforcera la mémorisation des informations.

Il manque d’attention ? Voici ce que vous pouvez faire !🧐

 

De plus, il a été prouvé (Tan DH1, 2019) que le canal visuel qui est dans la majorité des cas sollicité, que nous en soyons conscients ou non. Nous révisons à voix haute un cours qui nous a été donné sur un support écrit que nous venons de lire. Oui, bien-sûr, nous pouvons déjà avoir mémorisé en grande partie ce que le professeur avait expliqué oralement en cours mais cela dépendra avant tout de notre attention (ce que nous appelons contrôle attentionnel en neurosciences) et par ailleurs, le professeur aussi aura indiqué par écrit des éléments au tableau ou sur l’écran … Avoir une mémoire uniquement auditive par exemple est donc un leurre total.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Cours particulier de gestion du temps et d'organisation ⏱ 🎓

On a également d’ailleurs testé un grand nombre de personnes qui se disaient « à mémoire auditive ». On leur a présenté des informations sous forme uniquement auditives et non visuelle. Leur mémorisation en a-t-elle été améliorée ? La réponse est non ! (Aslaksen K1, 2018) (Rogowsky, 2015)

 

Il peut être amusant de déterminer le canal sensoriel que nous préférons dans un test sur internet, il est peut-être même satisfaisant pour un enfant de suivre ses préférences quand il apprend mais il ne s’agit que de préférences.  Le danger ici est que l’enfant (ou son parent) s’enferme dans une idée, fausse de surcroît, de la façon dont fonctionne son cerveau ! Il serait par exemple totalement contre-productif d’essayer de ne présenter à votre enfant qu’un type de support pédagogique, qu’une façon de présenter un cours sous prétexte d’un prétendu « canal sensoriel dominant ». Au contraire, multiplier et varier les approches pédagogiques est la meilleure façon de maintenir l’attention de votre enfant et de faciliter son travail de mémorisation ! (Takacs ZK1, 2019) N’en déplaise aux accros du VAKOG.

Neuromythe 2 : Intelligence multiple

Intelligences multiples

Je me revois encore aborder le sujet en salle de conférence et voir certaines personnes se lever et partir tout de suite. Parfois on nous assène tant de fois le même concept que notre cerveau pense qu’il s’agit d’une vérité absolue que nul ne peut contredire … C’est ce qu’on appelle une intox !

Mais d’où vient le concept d’intelligences multiples ?

La notion d’intelligence multiple est apparue au milieu des années 60. Ce concept est le digne successeur d’un autre qui lui a précédé : le style cognitif.  Ces concepts voulaient répondre à un besoin de respecter les différences individuelles de chaque élève. A nouveau, il s’agit d’adapter les supports pédagogiques, les façons d’illustrer un cours, les façons d’évaluer aussi, aux différences individuelles. Le style d’enseignement doit s’adapter au style d’apprentissage de l’élève. Le concept de style d’apprentissage va alors cartonner, tant chez les parents que dans le monde de l’enseignement.

Les adeptes de ce concept définissent 8 types d’intelligence différentes et avec elles, ils s’avancent même pour proposer des professions qui seraient plus « en adéquation » avec le type d’intelligence de votre enfant;

Intelligence multiple – les 8 “types” d’intelligence …

(selon Howard Gardner et ses adeptes)

  • L’intelligence “linguistique” ou  intelligence “verbale”: qui permet à l’enfant de comprendre les sons et d’utiliser le langage pour comprendre les autres. L’enfant serait ainsi « prédisposé » à devenir avocat, conférencier, écrivain …à faire des jeux de mots …(je rigole).
  • L’intelligence “logico-mathématique” ou intelligence “logique” : Par opposition, nous avons évidemment l’intelligence des nombres, de la résolution des problèmes, de l’analyse des tendances…qui mènerait à des métiers avant tout scientifiques …Résoudre des problèmes, seulement dans les métiers scientifiques ?
  • L’intelligence “intrapersonnelle” : qui permet à l’enfant de faire facilement son introspection et de comprendre sa sensibilité, ses limites, ses forces. L’association avec certains métiers est tout de suite plus floue… « Conducteur de camion, acteur, traducteur, danseur, … ». L’intelligence émotionnelle n’est-elle pas nécessaire dans tous les métiers ?
  • L’intelligence “interpersonnelle” ou intelligence “sociale” : A l’autre extrême, ce prétendu « type d’intelligence » permet de communiquer facilement avec les autres, de les comprendre, de faire preuve de tolérance, d’empathie… Leaders, organisateurs seraient des métiers tout « tracés » …

Vous sentez mon agacement monter là non ? 😉

Continuons avec force et courage …

  • L’intelligence “visuo-spatiale” ou intelligence “spatiale”: est évidemment l’intelligence des artistes, des architectes et des photographes … Je ne vous ferai pas l’affront de vous définir ce type d’intelligence (essentiellement sens de l’orientation ;-)) tant la définition semble évidente. (J’essaie de rapidement sortir de là)
  • L’intelligence “kinesthésique” : Utiliser son corps. Comme dans la théorie du VAKOG, la théorie de l’intelligence “kinésthésique” vise à démontrer que certaines personnes sont plus aptes que d’autres à utiliser leur corps pour apprendre, communiquer ou s’exprimer. Ces personnes sont attendues dans des métiers tels que ceux qui demandent une dextérité : menuisiers, chirurgiens, …
  • L’intelligence “musicale” : enfin, j’y suis. Reconnaître des schémas musicaux, des rythmes, interpréter des mélodies… Les enfants doués de ce type d’intelligence deviendront forcément des musiciens (ou attention, des vendeurs d’instruments de musique …ah) …

Bref … je m’arrête là. Ah non, ce n’est pas encore fini … Le prisme de l’intelligence humaine a encore une facette à découvrir…

  • L’intelligence “naturaliste” : Observer, classifier, …L’intelligence dite “naturaliste” est l’intelligence des enfants qui ont de l’intérêt pour la nature. Sur le site officiel des intelligences multiples, il est dit (accrochez-vous) que souvent ces enfants « veulent installer des parcs dans leur ville et deviennent biologistes ou botanistes » …Rien que cela …et aussi précis que cela ! Cela donne le vertige. Ne vous posez plus de questions sur ses capacités cognitives, son parcours était dessiné dans les étoiles…
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Négocier en 4 étapes, une compétence utile à apprendre à nos enfants

 

Intelligence multiple, du vent …

cerveau

Bon je dois vous avouer, je n’en peux plus d’écrire cela.

Évidemment, rien de tout cela n’a une quelconque base un peu sérieuse. Encore une fois, et même s’il faut le répéter sans cesse, le cerveau de votre enfant fonctionne exactement (EXACTEMENT ;-)) comme celui de son voisin. On ne parle pas de différences telles que les troubles d’apprentissage (dyslexie et autres …).

Peut-être à un moment va-t-il montrer un intérêt pour l’observation, …puis plus tard il décrira dans son carnet et présentera devant la classe ses découvertes. Un jour il sera à l’écoute de ses sentiments mais le lendemain il écoutera et réconfortera son copain…. Il aura des préférences qui varient avec le temps et les situations …

J’ai vu passer tant d’élèves, de tous les âges, de tous les types d’enseignement et vous pouvez me croire, ils sont tous uniques en leur genre J

 

Mieux apprendre: L’enfer est pavé de bonnes intentions …

forme d'intelligence

« Mais quel est le mal à vouloir comprendre son enfant et tout faire pour que sa façon d’apprendre lui convienne » ? D’autant plus pour des élèves en difficulté ou en échec scolaire…

Rien, bien au contraire … Le problème ici c’est le déterminisme, d’autant plus néfaste pour les élèves en difficulté justement !

Bien que l’objectif soit plus qu’honorable. Bien qu’il soit très clair que l’enseignement classique actuel ne permet pas à toutes les « préférences d’apprentissage » de s’épanouir … Il n’existe aucune preuve scientifique qui nous permette de penser que nos cerveaux fonctionnent différemment. Or ces concepts, que ce soient les « styles d’apprentissage » ou le « VAKOG » enferme l’enfant dans une vision que nous avons de lui. Pire une vision que nous lui partageons, qui deviendra sa propre vision de lui-même et qui lui ferme des opportunités.

J’en parle dans cet article qui vous montrera aussi à quel point le regard des autres peut influencer l’apprentissage d’un enfant. Lui faciliter la vie ou au contraire le bloquer totalement. C’est l’effet Pygmalion qui lui, a été prouvé scientifiquement !!!

Effet Pygmalion – Rencontrer un professeur qui change la donne ☀️

 

Pas d’intelligence multiple, pas de VAKOG, alors que faire ? Comment l’aider ?

type d'intelligence

Personnellement, je pense qu’il est bien plus intéressant (n’en déplaise aux accros du VAKOG et de l’intelligence multiple) de déterminer la “personnalité” de votre enfant quand il est un “apprenant”. D’où tire t’il sa motivation ? Quels sont les éléments qui le bloquent ou au contraire le portent dans son apprentissage ? Et évidemment, comment l’accompagner efficacement.

Attirer votre attention sur ces questions plutôt que sur un soi-disant fonctionnement différent de son cerveau est l’objectif de cet article, c’est également l’objectif du test que vous voyez apparaître sur le site.

Il est bon de se poser des questions mais peut-être nous ne nous posons pas les bonnes questions, en tant que parents.

A ce sujet, j’ai lu un livre qui peut apporter des éléments de réponses.

Le moins bon

Je vous dis tout de suite, tout ne m’a pas plu dans ce livre.

  • A commencer par le titre … : “les 7 profils d’apprentissage », paru aux éditions Eyrolles.

Oui à nouveaux des « profils » d’apprentissage. Comme si nous étions tous « profilés » (et profilables donc …) càd finalement « prédestinés » à quelque chose auquel nous ne pouvons échappés…

Je préfère de loin le terme des « attitudes » d’apprentissage. A un moment donné, je suis en classe et je décide (vous sentez la différence), de me comporter de telle manière car je voudrais …. Etc.

  • Évidemment, j’ai également retrouvé dans ce livre, le fameux VAKOG dont tellement sont friands. J’ai failli arrêter ma lecture mais heureusement j’ai été un peu plus curieuse …

L’intéressant

Ce qui m’a plu (finalement).

Ce livre peut amener des pistes de réflexion quand il s’agit de comprendre pourquoi un enfant peut réagir de tel ou telle manière quand il est mis face à n’importe quel apprentissage.

Exemple : J’ai un fils anxieux, qui veut faire les choses vite, parfois à moitié et être toujours le premier …à 6 ans. Il s’angoisse de ne pas apprendre assez rapidement, se met dans une rage folle s’il fait une erreur …Bref.  Un comportement qui nous a décontenancé, son papa et moi. Ce livre m’a permis d’y voir un peu plus clair et d’avoir quelques pistes d’action …

 

Intelligence multiple, VAKOG …plutôt qu’un profil ou un canal sensoriel dominant, quelle est son attitude en situation d’apprentissage ?

Vous décrire en détail le contenu du livre serait compliqué. Je vous fais ici un tableau récapitulatif qui reprend différentes attitudes possibles, que ce soit en classe ou à la maison. Pourquoi votre enfant peut parfois se bloquer devant son cours et comment l’aider.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Gestion budget étudiant 🤑

Par respect pour l’auteur, j’ai conservé les termes qu’il a lui-même utiliser dans son livre « l’amical, le dynamique, … » bien qu’encore une fois, je n’aime pas trop les catégories …

VAKOG

 

Comment l’aider ?

intelligence multiple

Une autre question intéressante : quelle est sa source de motivation quand il est en situation d’apprentissage ?

mon enfant n'est pas motivé

L’attitude de votre enfant quand il apprend dépend beaucoup de sa motivation. Je ne vous apprends rien 😉 Mais vous êtes vous déjà poser la question d’où venait sa motivation.

Personnellement, je ne me suis pas posé la question pour mon propre fils alors que j’avais senti des différences chez mes étudiants.

Le cordonnier est toujours le plus mal chaussé.

Or il est clair que sa motivation n’était pas la même que celle que moi j’éprouvais quand j’étais étudiante ou élève … Attention à ne pas se projeter sur son enfant … hum hum Plus facile à dire qu’à faire …

Des différences auxquelles on ne pense pas …

– Quelle est l’utilité de ce que j’apprends ? Pour certains les matières plus abstraites paraissent parfois moins accessibles et il est utile pour ces élèves d’ancrer le cours dans le concret, de mettre en avant les applications de ce qui est appris, de privilégier les cours en alternance, etc.

Vais-je apprendre ? La motivation de certains élèves provient du fait d’apprendre de façon générale, l’apprentissage est donc motivant en soi. Pour ces élèves, titiller la curiosité innée et le désir de connaissances peut être bénéfique.

– Avec qui vais-je apprendre ? La motivation fluctue selon la façon dont est perçu l’enseignant (crédible, autoritaire, inspirant, …) et associer un coach, un tuteur en cas de problème peut être une solution.

– Où mon apprentissage se situe-t-il ? La motivation vient du fait de pouvoir structurer l’apprentissage. Pour ces élèves, fournir un plan du cours, faire des rappels, souligner les liens entre les idées est essentiel.

intelligence multiple

Aviez-vous pensé à ces questions ?

Moi pas !

Mais à présent je comprends mieux les réactions de mon fils qui sont tellement éloignées de ce que j’avais pu imaginer.

Pour en savoir plus sur le stress et la motivation, lisez cet article

8 outils pour transformer le stress en motivation

 

Intelligence multiple, VAKOG et attitudes d’apprentissage – Pour conclure …

personnalité

Chaque enfant est unique, il est donc inutile de vouloir le “caser” dans une catégorie figée. Vous pouvez sans doute retrouver des “traits de personnalité” qui le caractérisent plus que d’autres …et l’aider en conséquence mais cela s’arrête sans doute là. Il est certainement plus que la somme de ses composantes (motivation, personnalité, contexte…, les matheux enfin les formes d’intelligence « logico-mathématiques, c’est par ici 😉 … plaisanterie !

De plus, et c’est tellement important de le dire, ce n’est pas une catégorie, que ce soit en provenance d’un concept neuromythe ou de ce que je vous présente ici qui prédira les aptitudes, les capacités intellectuelles, les facilités d’apprentissage ou la « réussite » future de votre enfant. Le potentiel intellectuel de l’enfant est immense et ne peut pas être réduit à notre perception de ce qu’il est.

Réussite …un autre terme tellement dangereux à utiliser, d’autant plus quand nous parlons de personnes en constante évolution et tellement dépendante de notre regard pour avancer …

Vous voulez vraiment savoir ce que disent les enfants qui disent avoir « réussi » et être « heureux » de comment étaient leurs parents ? De ce qu’ils ont fait ou pas pour eux … ? Lisez cet article.

Comment élever un super-héros ? Une étude scientifique vous répond.

Tous les parents veulent faire au mieux pour leurs enfants.

C’est justement pour cette raison que les neuromythes ont encore de beaux jours devant eux … Ne vous laissez pas avoir !

N’hésitez pas à me donner votre avis dans les commentaires.

A bientôt !

Intelligence multiple, VAKOG ou plutôt attitudes d’apprentissage ? – Bibliographie

bibliographie

Aslaksen K1, L. H. (2018). The Modality-Specific Learning Style Hypothesis: A Mini-Review. Front Psychol., Aug 21;9:1538.

Pashler H1, M. M. (2008). Learning Styles: Concepts and Evidence. Psychol Sci Public Interest., Dec;9(3):105-19.

Rogowsky, C. T. (2015). Matching learning style to instructional method: effect on comprehension. Journal of Educational Psychology, 107,64-78.

Takacs ZK1, K. R. (2019). The efficacy of different interventions to foster children’s executive function skills: A series of meta-analyses. Psychol Bull., Jul;145(7):653-697.

Tan DH1, J. Y. (2019). How visual memory changes with intervening recall. Q J Exp Psychol (Hove)., Jul;72(7):1646-1656.

Gardner H. (2017). Taking a multiple intelligences (MI) perspective.Jan;40:e203

Intelligence mulitple, VAKOG, attitudes d’apprentissage – crédit photo Canva

 

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 14
    Partages

1 thought on “Intelligence multiple, VAKOG et s’il était plus efficace de reconnaître des “attitudes” d’apprentissage ?”

  1. pierrefavrebocquet says:

    C’est bien vue d’aller à l’encontre de théorie assez partagée. On sent dans ton article que ces théories de font “faire des bonds” :-D.

    En tout cas ton article permet d’interroger les certitudes et c’est une démarche que j’apprécie.

    Personnellement, j’apprécie la théorie du Vakog parce qu’elle indique des préférences que l’on peut avoir pour apprendre. Du coup ça permet de “varier les plaisir”, ou, à tout le moins, d’avoir une idée d’une autre manière de faire pour enseigner (ou apprendre). Et ça c’est toujours bon à prendre 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.